Faustin Archange Touadera, Président de la République centrafricaine
- Advertisement -

La présidence de la République centrafricaine dénonce une campagne de désinformation et de manipulation depuis l’échec de la tentative du coup d’Etat du 13 janvier 2021 par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (Cpc).

Le rapport d’enquête mené conjointement par The Sentry et la chaîne CNN, publié le 15 juin 2021, est chiffonné par la présidence de la République centrafricaine. Dans un communiqué rendu public ce 17 juin, Bangui recadre les deux structures américaines. Elles accusent les instructeurs russes, d’être «une machine à piller et à tuer ». Plus précisément : «Une armée de mercenaires liés au Kremlin», qui « se livre à un carnage dans le but de contrôler des mines d’or et de diamants en République centrafricaine et renforcer l’influence russe en Afrique

Le ministre d’Etat, directeur de cabinet de la présidence Obed Namsio qui corrige le rapport, y voit une campagne de désinformation et de manipulation orchestrée par les ennemis de la paix en RCA «depuis l’échec de la tentative du coup d’Etat du 13 janvier 2021 par la Coalition des patriotes pour le changement (Cpc).» A l’en croire, cette campagne savamment orchestrée par «des officines accoutumées et relayée par une partie de la presse internationale »,  vise « à déstabiliser les institutions de la République et à instaurer un régime favorable aux intérêts stratégiques étrangers.»

CNN et The Sentry «n’ont pas effectué une mission de terrain en République centrafricaine pour constater les faits allégués», selon Bangui.

Lire aussi : Bataille pour le contrôle des mines d’or et de diamants centrafricaines : Washington et Paris en rangs serrés face à Faustin Archange Touadera et Moscou

Demande d’accréditation suspecte

Toutefois, le directeur de cabinet du président Touadera explique qu’il a reçu, le 28 mai 2021, un courrier de Clarissa Ward, correspondante internationale de CNN, qui sollicitait l’accréditation de six journalistes de son média pour «réaliser un reportage sur la campagne du gouvernement pour contrer les forces rebelles après les élections de décembre.» Les reporters de la chaîne américaine devaient séjourner dans la capitale centrafricaine du 1er au 10 juin 2021 selon le courrier de Clarissa Ward.

Faustin Archange Touadera marquera son accord pour l’audience sollicitée par le média américain. «Une date allait être proposée à la demanderesse en tenant compte de l’agenda présidentiel, en dépit de la mauvaise orientation de ladite demande, le cabinet présidentiel n’ayant pas la compétence pour délivrer des accréditations aux journalistes étrangers », précise Obed Namsio.

C’est après la publication du rapport querellé que les autorités centrafricaines ont réalisé que la demande d’accréditation mentionnée supra «était fallacieuse et destinée à donner un crédit à un rapport tronqué mensonger et diffamatoire élaboré sur la base des rumeurs distillées dans les réseaux sociaux à des fins d’atteinte au moral des troupes qui se battent pour la libération du peuple centrafricain

Lire aussi : Centrafrique : le sud-africain COEGA Development Corporation modernisera les bases logistiques douanières de Douala et Kribi

Avec le soutien des alliés russes, les FACA ont réussi à reconquérir plus de «80% du territoire national et la libération des populations des zones occupées qui subissaient les violences de tout genre infligées par les groupes armés et les rebelles depuis plusieurs années.» La Centrafrique est persuadée que c’est l’échec de la rébellion qui met Paris et Washington dans tous leurs états. Le pays refuse de se retrouver dans «une guerre par procuration» entre les grandes puissances. Elle estime que tout malentendu né de la présence russe en Centrafrique doit être réglé dans le cadre du Conseil de sécurité de l’Onu.

Didier Ndengue   

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here