C’est ce qui ressort de la conférence de presse donnée ce 17 juin 2022 à Yaoundé relative à la présentation du brevet d’invention sur le traitement de cette maladie dévastatrice qui affecte les artères des poumons.
Pr Emmanuel Eroume a Egom
- Advertisement -

C’est ce qui ressort de la conférence de presse donnée ce 17 juin 2022 à Yaoundé relative à la présentation du brevet d’invention sur le traitement de cette maladie dévastatrice qui affecte les artères des poumons.

«La recherche est un outil stratégique pour lutter contre la pauvreté», dixit Jean Louis Essame Oyono, Directeur général de l’Institut de recherches médicales et d’études des plantes médicinales (IMPM). Selon ce dernier, on note une résurgence des complications des maladies anciennes, au fur et à mesure qu’apparaissent de nouvelles maladies issues de l’interaction entre l’homme, l’animal et l’environnement. Ceci «pose des problèmes que la recherche scientifique devrait résoudre pour une meilleure prise en charge». C’est dans ce contexte que se situe l’innovation du Professeur Emmanuel Eroume a Egom,   maitre de recherche de l’IMPM qui a mis au point un traitement nouveau de l’hypertension pulmonaire.

«L’hypertension pulmonaire est un terme général qui décrit l’augmentation de la pression de la circulation pulmonaire. A travers la solution thérapeutique que nous proposons, nous pensons pouvoir changer la probité mais également réduire cette mortalité et améliorer la qualité de vie non seulement des Camerounais, mais également des patients dans le monde », a affirmé le Pr Eroume a Egom.

Lire aussi : [Portrait] : Pr Emmanuel Eroume à Egom, l’élogieux parcours du Camerounais qui traite l’hypertension pulmonaire

Diagnostic  

Le symptôme le plus fréquent est l’essoufflement en particulier lors d’une activité. Les autres symptômes peuvent être la fatigue constante, les étourdissements, en particulier lorsque vous montez des escaliers ou que vous levez les chevilles ; jambes ou abdomen enflés ; les douleurs thoraciques, surtout pendant l’activité physique ; l’évanouissement. Selon les professionnels de la santé, la prévalence d’HTAP devrait augmenter de manière significative de 3 à 4 fois d’ici 2023-2024, car une accumulation de preuves scientifiques suggère que l’infection à SARS-CoV-2 ou Covid-19 pourrait conduire à l’hypertension pulmonaire à long terme.

Traitement

La plupart des patients meurent encore dans les cinq ans suivant le diagnostic. La présente invention propose une méthode consistant à utiliser des analogues synthétiques de la voie du NPR-C, précisément le facteur natriurétique auriculaire de type C synthétique ou des intermédiaires ou des modulateurs de la voie du NPR-C comme agents de lutte contre les vasculopathies pulmonaires. «Nous devons encore faire certaines études précliniques juste pour étudier la toxicité d’un candidat à ce traitement. Nous avons également l’intention de développer d’autres molécules», a précisé le Pr E.E.A Egom.

Statistiques

En Afrique, un sujet sur treize a l’hypertension pulmonaire. Ce qui équivaut à plus de 600 millions de personnes. 80% de ces personnes vivent dans des pays à revenus moyens ou faibles. Selon certaines études, la prévalence de l’hypertension pulmonaire en Afrique est plusieurs fois supérieure à ce qu’on observe en Europe.

Francine Atangana

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here