Finitions pourries
- Advertisement -

A la pelle, des griefs sont pointés contre le nouveau  gadget de Camrail.

Les témoignages des passagers du voyage inaugural sont globalement satisfaisants. Sans anicroche oui mais quelques murmures donnent publiquement du crédit à des soupçons d’escroquerie sur la marchandise. A tue-tête, certains se sont plaints de la qualité de l’intérieur des voitures de la classe premium, qui laisse penser qu’ils n’ont pas subi un nettoyage profond avant la mise du train sur les rails. « Les vitres sont sales. On n’arrive pas à bien voir l’extérieur pour contempler les richesses touristiques de notre pays», a lancé un homme de média pendant le voyage. L’un de ses confrères de son côté, a pris plaisir à filmer quelques coins pourris du train. Le tout couronné par des fauteuils non réglables. A l’évidence, c’est le récit de ce que les seuls éléments neufs de ce train sont les locomotives, livrées par la compagnie américaine General Electric en janvier 2020 et réceptionnées par les autorités camerounaises en juin de la même année.

Au niveau de la vitre, pas très beau à voir

Tout le contraire du slogan « Voyagez dans le confort, la sécurité et la convivialité avec Camrail ». Tout le contraire aussi des projections faites par le ministre des Transports lors de la 34e session du comité interministériel des infrastructures ferroviaires (Comifer) de juillet 2020. A cette occasion, Ngalle Bibehe Masena avait annoncé la mise en service d’un train «Ultra moderne». « Nous pourrons prétendre au lancement, dans les prochains jours, d’un service de train ultra moderne, qui viendra combler le vide laissé par le train Intercity, à la suite du sinistre survenu le 21 octobre 2016 à Eséka », assurait-il devant ses pairs membres dudit comité.

Fauteuils non réglables

En marge de cette réserve, d’autres observateurs s’appliquent au décryptage de la grille des prix. Ceux-ci oscillent entre 10 000FCFA aller simple / 17 000FCFA aller et retour en 1ère classe ; et 8 000 FCFA aller simple / 14 000 FCFA aller et retour en classe dite Premium. Autour de cette tarification, d’aucuns crient à l’exagération. D’autres réclament le maintien des anciens prix.  «Avec tout  ça, on aurait dû laisser le coût à 4000 FCFA. Aller jusqu’à 8000 FCFA avec cet état, c’est un peu trop exagéré », s’indigne un journaliste.

Didier Ndengue

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here