C'est une honte également pour cette jeunesse à la peau noire d'aller rire aux éclats avec celui qui tient leurs pays en otage et les empêche de se développer.
Le président français Emmanuel Macron et les jeunes Africains au sommet de Montpellier
- Advertisement -

Moquerie, arrogance, criminel….Les mots ne sont pas assez forts pour qualifier la réunion du président français Emmanuel Macron et quelques jeunes endo-colons du réseau français. C’est une honte pour nos chefs d’État de laisser passer ce genre de chose. De se taire face aux agissements de ce monsieur qui se prend pour le super président de nos pays. C’est une honte également pour cette jeunesse à la peau noire d’aller rire aux éclats avec celui qui tient leurs pays en otage et les empêche de se développer.

Qu’est-ce qui ne va pas au juste dans nos cerveaux? Macron prépare une révolution de couleur en utilisant nos jeunes comme canon à chair et cela n’émeut personne. À quoi serviront vos 30 millions d’euros dites-vous ? À promouvoir la démocratie ? Où avez-vous déjà vu un esclave se libérer des griffes de son maître au cours d’un simple échange « amical » ?

«Vous n’êtes pas mon président, ni mon père, je ne sais même pas si vous avez des enfants avant de venir nous parler de notre futur. Du futur de mon pays ». Voilà ce qu’aurait pu déclarer un jeune Africain lucide à Montpellier avant l’ouverture des travaux. A sa place, un jeune Français l’aurait fait sans cligner des yeux.

A la place de ces jeunes, avant de quitter la salle, j’aurai exigé que la réunion se déroule ici chez nous: «Vous voulez parler de la fin de la France-Afrique ? Eh bien monsieur le Président, allons le faire dans une ville africaine, où tout a commencé. Où la France libre est née. Allons le faire à Brazzaville, à Douala, à Malabo, à Bamako, plus précisément au siège de la fondation AfricAvenir où dans une bibliothèque Cheick Anta Diop. Nous débattrons alors de tout». Des coups d’Etat orchestrés en Afrique par la France. Des assassinats de nos nationalistes et dirigeants par vos mercenaires.

On ne peut pas parler de l’avenir de 54 pays d’un continent dans un minuscule pays européen comme le vôtre. Un pays en perte de valeurs en plus.

Personnellement, je ne me reconnais pas en cette jeunesse qui est allée volontairement se faire sonder par celui qui nous empêche d’avoir par exemple notre propre monnaie.

Elle a peut-être dit ses quatre vérités au président français, mais cela ne va rien changer sur le terrain. Ce jeu de sondage de l’intelligence de la jeunesse africaine d’Emmanuel Macron est «criminel », pour reprendre l’expression d’un paneliste d’Afrique Media. Mon Dieu ! Imaginez l’inverse. Ce n’est même pas envisageable.

Didier Ndengue

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here