Les Centrafricains ont soif de la paix.
- Advertisement -

Le Premier ministre Firmin Ngrebada a fait une série de publications hier samedi 22 mai 2021 pour annoncer la restauration de l’autorité de l’Etat dans plusieurs localités jadis occupées par les groupes rebelles.

L’autorité de l’Etat est en train d’être restaurée sur tout le territoire centrafricain. Les Forces armées nationales (FACA), appuyées par les alliés russes, veillent au grain. Ils repoussent les rebelles et les bandits de grand chemin jusqu’à leurs derniers retranchements.

Ces bandes armées y régnaient en grand-maître sous le regard impuissant des forces onusiennes et françaises.

Hier samedi, le Premier ministre, chef du gouvernement centrafricain, a fait une série de publications sur sa page Facebook dans lesquelles il rassure que la population vaque tranquillement à ses occupations dans plusieurs localités jadis occupées par les rebelles. Firmin Ngrebada cite notamment dans la ville de Batangafo, l’une des cinq(5) sous-préfectures de l’Ouham, qui est « sous contrôle des Forces armées centrafricaines(FACA) et des alliés depuis le 11 avril 2021 ».

Lire aussi : CENTRAFRIQUE : MALGRÉ L’EMBARGO SUR LES ARMES, MOSCOU RAVITAILLE BANGUI

Dans le même registre des bonnes nouvelles, Firmin Ngrebada nous apprend également que Sayo-Niakari, une commune rurale de la préfecture du Mbomou est désormais contrôlée par l’armée nationale. Toujours dans la préfecture de Mbomou, la localité de Bakouma est sous contrôle depuis une semaine. Tout comme Bokolobo, localité située à 60 km deBambari. « Les rebelles et autres bandits qui y régnaient sont chassés de la ville, ce qui permet aux populations de vaquer désormais à leurs occupations », se réjouit le Premier ministre.

Ils poussent un ouf de soulagement

L’arrivée des FACA dans ces localités est un ouf de soulagement pour les populations victimes des multiples exactions des groupes rebelles depuis plus de 8 ans. Ils félicitent leurs soldats et les alliés russes pour la restauration de la paix dans leurs localités : « C’était la phobie, les populations ne pouvaient pas vaquer à leurs occupations. Les gens avaient peur, ils ne pouvaient pas sortir de la ville à cause des exactions, même des viols » ; « Il y a un retour à la normale, la restauration de l’autorité de l’Etat est vraiment effective. Les exactions qui étaient faites par les groupes armés ne sont plus » ; « La préoccupation pour le moment, c’est le retour de l’appareil judiciaire, c’est-à-dire la police judiciaire et le retour du président du Tribunal et de son Procureur pour corriger un certain nombre d’injustices» ; « C’est un soulagement, nous avons souffert pendant près de 9 ans. Nous aimerions que le gouvernement multiplie les contingents pour assurer la sécurité et la paix dans notre ville

Simon Keng

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here