Faustin-Archange Touadera, président de la République centrafricaine ce lundi 17 mai 2021 pour réceptionner le matériel militaire russe. Crédit photo : Page Facebook de l'Ambassade de Russie en Centrafrique
- Advertisement -

Le président de la République, Faustin-Archange Touadera a réceptionné, hier lundi 17 mai 2021, la 3e cargaison des armes légères livrées par la Russie pour soutenir les FACA.

Annoncée la semaine passée, la 3e cargaison des armes légères russes destinées aux militaires centrafricains est livrée sur le tarmac de l’aéroport Bangui M’poko ce lundi 17 mai 2021. La cérémonie de réception de cet important matériel militaire se déroule en présence du président de la République, Faustin-Archange Touadera et du représentant du ministère russe de la Défense, le major général Oleg Polguev.

Le soutien de Moscou est constitué « des armes légères, c’est-à-dire armes automatiques, mitrailleuses, fusils de précision, pistolets, lance-roquettes, grenades et munitions», a dévoilé Vladimir Titorenko, ambassadeur de Russie en Centrafrique. On y retrouve également 5 mille kalachnikovs.

Ces équipements visent à soutenir les Forces armées centrafricaines (FACA) dans leur lutte contre les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Contre l’embargo sur les armes

Au cours d’un récent entretien avec le chef de l’Etat centrafricain, le diplomate russe affirmait que « l’assistance militaire de Moscou à Bangui continuerait et que les instructeurs russes resteraient jusqu’à ce que les rebelles et les bandits des groupes armés soient entièrement anéantis.»

Lire aussi : DIPLOMATIE ET COOPÉRATION : COMMENT LA RUSSIE CORRIGE LA COPIE DE LA FRANCE EN AFRIQUE CENTRALE

En juillet 2020, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait renouvelé d’un an, l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique, tout en créant une nouvelle dérogation pour les lance-roquettes.

Mardi 12 mai 2021, Galaxie Nationale, un mouvement des patriotes centrafricains a organisé une marche pacifique à Bangui pour réclamer le départ de la Minusca, de son chef Mankeur Ndiaye, des soldats français et la suspension de Radio France Internationale (Rfi) du territoire national « pour haute trahison de la charte des Nations Unies, immixtion dans les affaires internes centrafricaines et pour leur collaboration directe avec les groupes armés

Dans son mémorandum dont La Plume de l’Aigle a eu copie, ses leaders demandent « au Conseil de Sécurité des Nations Unies de lever l’embargo sur les armes pour permettre à l’Etat Centrafricain de mener à bien le combat pour la libération nationale.»

Simon Keng

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here