- Advertisement -

Paul et Chantal Biya portent le deuil depuis les premières heures du décès de Boris Kevin Njomi. Le jeune enseignant de 26 ans a été assassiné le 14 janvier dernier par l’un de ses élèves de 4e au Lycée classique de Nkolbisson à Yaoundé, à l’aide d’un poignard. La triste nouvelle est parvenue dans les oreilles du couple présidentiel, qui n’a pas hésité à adresser ses sincères condoléances aux parents de la victime.

« Nous prenons la mesure de votre immense chagrin, de celui de ses frères et sœurs et partageons votre douleur », écrit Paul Biya le 27 janvier 2020. Le chef de l’Etat ajoute : « Sa disparition tragique dans l’exercice de sa profession est un véritable drame pour ses élèves, le Lycée classique de Nkolbisson et toute la communauté éducative

La lettre de condoléances du couple présidentiel avait été adressée à ses parents par le canal du ministère des Enseignements secondaires (Minesec).

”Généralement, ce genre de document est remis à la famille et lu pendant les obsèques le jour de l’enterrement par l’autorité compétente », renseigne un enseignant à Yaoundé. Et de préciser : « les usages administratifs n’autorisent pas de divulguer certaines actions sauf autorisation expresse et exceptionnelle

En plus de la lettre de condoléances du couple présidentiel qui n’a été divulguées que ce vendredi 31 janvier 2020, des sources bien introduites rassurent que « l’Etat est bien impliqué dans les obsèques de Boris Kevin Njomi.»

La mise en bière a eu lieu hier à la morgue du Centre hospitalier universitaire de Yaoundé sous haute surveillance policière. Des sources de la capitale camerounaise regrettent le fait que « quelques enseignants indignés aient été dispersés à coup de gaz lacrymogènes et de jet d’eau » par les forces de maintien de l’ordre.

Didier Ndengue

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here