- Advertisement -

La célébration de la Journée de l’Afrique, qui s’est tenue ce lundi 25 mai 2020, a été marquée par la 2eédition des UBA Africa Conversations organisée par le Groupe United Bank for Africa (UBA) autour du thème : « Croissance, emploi et développement durable dans un contexte de pandémie mondiale».

L’édition 2020, tenueautour d’une table ronde virtuelle, a vu la participation de panelistes de haut niveau, notamment S.E. M. George Weah, Président du Libéria ; ainsi que d’autres dirigeants internationaux.

Tony Elumelu, PCA du Groupe United Bank for Africa(UBA) & Fondateur de la Tony Elumelu Foundation, modérateur du débat pour l’occasion, a interrogé ses invités au sujet de la contribution que chaque secteur pourrait apporter dans la situation post pandémique que se préparent à vivre les états africains.

S.E. M. le Président Georges Weah, premier intervenant,a dans un premier temps rappelé les mesures prises par son gouvernement pour freiner l’avancée de la pandémie dans son pays. Il a ensuite évoqué l’aide financière sollicitée auprès des banques commerciales pour aider les populations tandis qu’une assistance aux entreprisesainsi qu’aux autres acteurs du secteur privé a été apportée.

Pour sa part, le secrétaire général du groupe ACP, S.E GeorgesRebeloChikoto a indiqué que : « Les actions menées jusqu’ici ont été celles visant à contenir le virus, dont l’impact a été vraiment négatif sur notre économie. Certains secteurs d’activités tel que le tourisme ont été particulièrement touchés par la pandémie et les mesures sont prises pour apporter une aide conséquente aux populations concernés par ces secteurs ».

Les problématiques liées au thème ont été élégamment abordées par les panélistes qui n’ont pas manqué de ressortir les enseignements à tirer de cette situation subite à laquelle le monde entier fait face et particulièrement le continent Africain.

A ce propos, le Prof. OkeyOramahPCA d’Africa Export-Import Bank (Afreximbank) affirmait que : « Beaucoup de pays n’étaient pas préparés à faire face à cette crise. Conséquemment, les effets ont été dévastateurs tant au niveau sanitaire qu’économique ».

Peter MaurerPrésident du Comité international de la Croix Rouge (CICR) ajoute que « La priorité des Etats devrait donc être la bonne gouvernance c’est-à-dire mettre en place des structures étatiques transparentes pour bien diriger nos pays. Et par la suite nous seront en mesure de bâtir une meilleure Afrique ».

« Plusieurs centaines de millions de dollars ont été apportés comme aide aux états africains par des structures privées. Cependant, si cette stratégie a contribué à résoudre quelques problèmes d’urgence, elle ne s’est pas avérée la plus efficace pour éradiquer la pandémie du continent. L’orientation que devrait donc choisir les gouvernements africains serait celle d’envisager la nécessitéd’asseoir une stratégie globale de sortie de crise prenant en compte la mise en place de nouveaux accords commerciaux inter-Etats, la création d’emplois stables pour les jeunes et l’accès aux structures sanitaires de base », a poursuivi Achim Steiner représentant du PNUD.

Ces recommandations s’avèrent être ce dont nos Etats ont besoin pour diriger l’Afrique vers un nouveau leadership, mieux faire le commerce et les investissements bilatéraux, promouvoir et faire croitre notre développement comme un peuple qui ne regarde plus vers l’extérieur pour se construire.

Un avis partagé par le président de l’Africa CEO forum M. Amir Ben Yahmed qui soutient que « malgré la dureté de la crise et en dépit des réflexions qui se poursuivent pour montrer comment définitivement en sortir, les dirigeants africains devront capitaliser sur cette crise pour saisir de nouvelles opportunités d’autosuffisance et favoriser l’entrepreneuriat. Retourner au développement d’une économie domestique pour dépendre au minimum des importations et accroitre les capacités de productions des Etats ».

Les opportunités de progression sont multiples comme l’a souligné le Sénateur Coons, notamment dans la technologie et l’éducation dont la marge de développement en Afrique est très grande. Les secteurs de l’agriculture, de la santé publique et de la digitalisation sont des pôles d’investissement à explorer.

Les panélistes, notamment M. Donald KABERUKA représentant le Président Sud-Africain et M. HishamEzz DG de CIB, sont également revenus sur les failles de nos systèmes qui ont facilité la pénétration de la pandémie sur le continent, avant de rappeler les problèmes de politique internes et de sécurité dont il faudra analyser les contours pour faire face à ce genre de menaces à l’avenir.

Par ailleurs, ces derniers intervenants ont invité les gouvernements à mettre en place des mesures collectives et prendre des décisions radicales pour faire renaitre le dynamisme en Afrique et éviter au continent d’entrer dans la récession.

Tony O. Elumelu a clôturé la session en réitérant ses remerciements à ses illustres invités et s’est félicité de la bonne tenue des échanges et des riches recommandations qui en sont ressorties.

Source : UBA

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here