Siège de la Fondation AfricAvenir à Bonabéri à Douala, au Cameroun.
- Advertisement -

L’information a été rendue publique le 24 août 2021 à la suite d’une convention signée entre l’Université de Yaoundé I et la Fondation AfricAvenir International.  

L’Université de Yaoundé I et la Fondation AfricAvenir International (Douala-Bonabéri) ont signé un accord de coopération scientifique pour l’enseignement et la recherche, avec échange du personnel scientifique, et échange d’étudiants en Master et Doctorat /PhD. Cette signature s’est effectuée le 15 juillet 2021 par le Recteur de l’Université de Yaoundé I, le Pr Maurice Aurélien Sosso et le Pr Prince Kum’a Ndumbe III, fondateur d’AfricAvenir International.

La formation au sein de l’Ecole doctorale/PhD et de Master de la Fondation AfricAvenir International s’appuie sur trois piliers à savoir : spécialisation dans sa discipline, pluridisciplinarité et expérience pratique sur le terrain. Les candidats au Master et au Doctorat/PhD ont l’avantage de rester concentré sur leur domaine spécialisé de recherche. Concernant la base de la formation, il est urgent de créer des pôles d’excellence pluridisciplinaires, « graduate » et « postgraduate », ouverts aux diplômés ayant achevé avec bon succès trois ou quatre années de formation universitaire. Ces pôles de formation à vocation sous-régionale en Afrique, devraient avoir des centres d’excellence spécialisés dans tel ou tel domaine.

La formation proprement dite

L’Université de Yaoundé I apportera son appui au processus de mise en œuvre de «l’Institut Supérieur des Sciences Sociales et Technologie pour la Renaissance africaine» déjà en place à Bonabéri-Douala. Et à « AfricAvenir’s Higher Institute of Social Sciences and Technology », programmé à Ngousso-Yaoundé. L’ecole Doctorale/ PhD et de Master de la Fondation AfricAvenir International « Héritage et Innovation » dont sont déjà issus deux docteurs en Droit et un docteur en Lettres et Science humaines (promotion 2016-2020) et le département de langues, littérature et civilisations germaniques de l’Université de Yaoundé I, se pencheront spécialement sur la période de la naissance du Cameroun en accueillant chaque année jusqu’à six étudiants en Master et Doctorat/PhD de l’institut partenaire. Les enseignants quant à eux « coopéreront dans le domaine de la recherche et travailleront ensemble sur des projets communs. Il en est ainsi du programme de traduction des documents de la bibliothèque Cheikh Anta Diop de la Fondation AfricAvenir Internationnal sur la période coloniale allemande ».

Selon le Pr Prince Kum’a Ndumbe III, fondateur d’AfricAvenir International, l’Afrique a besoin « d’une élite multilingue qui ne maitrise pas seulement le français, l’anglais ou une autre langue européenne uniquement, mais plusieurs langues étrangères et qui en plus peut s’adresser aux populations dans une langue africaine », a-t-il affirmé. Cette nouvelle convention de partenariat précède celle signée il y a quelques semaines entre la fondation et l’Université de Douala.

Francine Atangana

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here