Secteur agropastoral : le Cameroun se dote de 17 nouvelles réformes   
- Advertisement -

Elles sont réparties en 6 axes. Soit un budget global d’environ 20 milliards de Francs Cfa. C’est ce qui ressort de la présentation officielle du plan de réformes prioritaires pour l’amélioration de l’environnement des affaires dans le secteur agropastoral au Cameroun. La signature de la préface dudit document a eu lieu le 11 août 2021 à Yaoundé.  

La cérémonie a été organisée par le  Projet d’assistance technique du Bureau International du Travail (Bit), avec l’appui du Pea-Jeunes, et en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader), et le ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales (Minepia). Selon le ministre Gabriel Mbaïrobe, « l’Etat essaye de rendre viable le cadre des affaires sur le plan politique, social, environnemental et économique, de manière à ce que les privés puissent créer des richesses en milieu rural et des emplois pour les populations vulnérables qui sont les femmes et les jeunes »,a-t-il souligné.

Le plan de réformes est l’aboutissement d’un long processus entamé en 2015, avec la mise en œuvre par le Cameroun du Pea-Jeunes, sur financement du Fonds International de Développement Agricole (Fida), suivie quelques années plus tard de la signature d’une convention de partenariat fructueux entre le Bit et le Pea-Jeunes. Aussi, le représentant du Bit, Lassina Traoré, a précisé qu’« Il est important non seulement de fournir de l’assistance aux entreprises et aux organisations qui les soutiennent, mais également de mettre en place un environnement réglementaire politique et institutionnel propice qui permette aux entreprises de démarrer, de se développer et de se maintenir ». D’après cet expert, le secteur agropastoral assure un rôle irremplaçable dans la création des revenus au niveau des campagnes pour plus de 2 millions de ménages agricoles que compte le Cameroun. Il représente environ 23% du produit intérieur brut (Pib) et génère la moitié des revenus des exportations non pétrolières et occupe à temps plein ou partiel environ 60% de la population active essentiellement au sein des petites exploitations familiales.

Le rôle de l’Etat

L’amélioration du climat des affaires dans le cadre de la nouvelle stratégie de développement 2020-2030, constitue un des axes majeurs de l’action gouvernementale pour faire du Cameroun une destination plus sûre et plus attractive en matière d’investissement aussi bien pour les nationaux que pour les étrangers y compris nos compatriotes de la diaspora, affirme le Ministre Gabriel Mbaïrobe. Aussi, le rôle stratégique de facilitateur que l’Etat entend désormais jouer implique que ses actions se concentrent dans le domaine de l’assainissement du cadre institutionnel de l’investissement afin de libérer le potentiel de l’initiative privée dans les différents secteurs productifs en général et dans le secteur agropastoral en particulier.

Ledit plan de réforme a été validé dans sa version complète en décembre 2019, par le Groupe de Travail Technique créé par décision conjointe n°00543/DC/-MINA-DER-MINEPIA/CAB/2018 du 09 août 2018.

Francine Atangana

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here