Avant même le dévoilement de sa profession de foi, ce capitaine d’industrie en lice pour l’élection régionale du 6 décembre 2020 au Cameroun, charrie de grand espoir  de développement  de l’initiative privée dans la région du Sud.  
Edmond Felix Etoundi, candidat à l'élection régionale du 06 décembre 2020
- Advertisement -

Avant même le dévoilement de sa profession de foi, ce capitaine d’industrie en lice pour l’élection régionale du 6 décembre 2020 au Cameroun, charrie de grand espoir  de développement  de l’initiative privée dans la région du Sud.  

Son nom est gravé en lettre d’or dans le secteur du transport interurbain au Cameroun. Le président directeur général de la compagnie Finexs Voyages est actuellement sur la route de la décentralisation. Objectif a lui assigné par l’opinion publique : « booster le développement économique et en particulier l’initiative privée dans la région du Sud ».

Aux lendemains du 6 décembre 2020,  il échoira  à cette première génération de conseillés régionaux  du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) de ne ménager aucun effort pour hisser la région au sommet de son développement.  « Une formalité pour Edmond Felix Etoundi au regard de son pédigrée économique », disent en cœur les jeunes de la région du Sud.

De fait, Edmond Felix Etoundi détient un  carnet d’adresses long comme le bras, aussi bien sur la scène économique nationale qu’internationale. Membre influent du groupement patronal Mecam, il a été parmi les opérateurs économiques triés sur le volet pour prendre part au CBF(Cameroon Busines Forum) 2020 tenu à Yaoundé avec moins de 50 opérateurs économiques du secteur privé,  compte tenu de la pandémie du covid-19. Son dynamisme et son relationnel   lui seront utiles pour atteindre ses objectifs de développement régional dans la région du  sud Cameroun. L’homme d’affaires pourrait activer ses réseaux à l’international « pour faire converger des investissements vers le Sud et booster les initiatives privées », souhaite-t-on dans les rue d’Ebolowa, Sangmelima, Ambam et Kribi, où à la seule évocation de son nom c’est un tsunami d’applaudissements qui déferlent dans des réunions formelles et informelles du Rdpc. Elément révélateur, le standing ovation a lui accordé lors de la récente réunion du partie de la flamme ardente pour l’investiture de ses candidats à ces régionales.

Lire aussi: RÉGIONALE 2020 : EDMOND FELIX ETOUNDI DANS UN OCÉAN D’ESPOIR POUR LE SUD 

Le patron de Finexs Voyages a le profil de l’emploi. Son parcours professionnel parle en sa faveur. « Il a bossé à Mobil Oil de l’époque, où la compétence était au summum. Il y fut cadre supérieur dans les régions du Nord, Centre, etc. Il a créé Finexs Voyages qui s’est imposé dans son secteur », vante un collaborateur du Pdg de Finexs Voyages.

Un regard dans le rétroviseur nous permet de comprendre que cet homme a effectivement un destin exceptionnel. Né le 10 octobre 1967 à Metet, dans la région du Centre, il se lance dans la vie active très tôt. Il fait ses classes au centre universitaire de Douala, où il obtient un diplôme en gestion des entreprises. Dans la foulée, il renonce à sa formation à l’école militaire interarmées (EMIA) du Cameroun.

Persévérance et couronne

En 1991, l’enfant terrible du petit village Nsola, situé dans l’arrondissement de Bipindi, département de l’Océan, région du Sud, se lance dans le transport clandestin au lieu-dit « Carrefour Ndokotti », où il fait le trajet Douala-Edéa. Edmond Felix Etoundi rêve grand dans ce domaine, qu’il veut transformer en eldorado. Mais les choses tournent autrement en 1996. Il est recruté par la compagnie pétrolière Mobil Oil en qualité de comptable. Pendant ce temps, sa structure de voyage tourne. Le futur millionnaire a déjà trois voitures en circulation en 1998, année de son affectation à Maroua, dans la région du Nord.

A 31 ans, il déborde d’énergie. Ses ambitions pour le secteur des transports ne tarissent pas. Pour aller plus loin, il se rapproche de François Essamé, patron de Buca Voyages qui lui sert de caution bancaire pour son tout premier crédit auprès de la société CAMI. En 2002, Felix Etoundi est de nouveau affecté dans la ville de Yaoundé par son employeur. Dans la capitale camerounaise, l’odeur de ses autobus lui est agréable. L’amour qu’il a pour le secteur prend le dessus. Il décide de retirer ses véhicules de Buca Voyages et lance la société Finexs le 1er mai 2003. Trois ans plus tard, il quitte Mobil Oil pour se consacrer entièrement à son business. Son courage et son audace lui ont valu une reconnaissance nationale. Le 20 mai 2019, il est fait chevalier de l’ordre de la valeur et son entreprise Finexs Voyages est incontestablement le leader du transport interurbain au Cameroun.

Didier Ndengue    

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here