Mbamy de Fochada, leader de la Convergence Panafricaine
- Advertisement -

Boycott de la présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire : une opportunité pour la libération totale et l’indépendance réelle du pays du joug de l’oligarchie capitaliste et impérialiste et de l’ordre politique néo colonial en place.

Par Mbamy de Fochada, leader de la Convergence Panafricaine

Bonjour camarade combattant pour la libération totale,  l’indépendance réelle,  la souveraineté, le développement, le progrès et la prospérité de l’Afrique et de la Côte d’Ivoire.

J’espère que tu vas bien?

Je profite de cette occasion pour t’inviter à croire en l’Afrique,  le continent de l’avenir. Nous devons nous mettre sur le bon chemin, dès à présent, pour l’accomplissement de son grand destin futur.

J’ai eu l’honneur de participer à la seconde partie du débat panafricain du 18 octobre 2020, sur le plateau d’Afrique Media, la télévision panafricaine,    afin de parler de la Côte d’Ivoire qui risque de vivre après une décennie,  une crise électorale aux conséquences multiples et néfastes pour son avenir et celui de l’Afrique.

Dans le cadre de mon intervention en tant que leader de la Convergence Panafricaine, j’ai eu à jeter un pavé dans la marre, en montrant qu’on doit faire mieux que le boycott actif qui vise une transition politique dans la continuité du système politique en place hérité de la colonisation, et qui en 60 ans d’indépendance relative ou fictive, fait de la Côte d’Ivoire, comme de nombreux autres pays africains,  un maillon fort des mécanismes et stratégies mises en place par l’ordre oligarchique capitaliste et impérialiste mondial,  pour piller la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui et de demain et l’Afrique entière,  si nous n’agissons pas maintenant comme il le faut dans l’intérêt de tous, de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique.

C’est pourquoi, avec la Convergence Panafricaine, nous avons fait la proposition aux acteurs de divers bords,  d’un boycott stratégique de la prochaine présidentielle  en Côte d’ivoire, à travers une batterie d’actions passant par un appel et une mobilisation générale du peuple ivoirien et des panafricains pour la tenue IMMEDIATE des Etats Généraux de la Côte d’Ivoire.

Les États Généraux en question sont un cadre normatif, légal et légitime pour proclamer la vraie indépendance et la souveraineté totale du pays. Il permettra de rompre tous les accords de domination,  en sortant du CFA pour mettre totalement fin à la servitude économique et monétaire, ainsi que la continuité du pacte colonial,  afin que le peuple ivoirien jouisse pour une fois du droit de se doter par lui-même de sa constitution et des textes réglementaires définis par les populations  elles-mêmes, en fonction de leurs besoins,  aspirations et espérances. Et qu’il soit par ailleurs  garanti par ces États Généraux,  la possibilité et le droit aux Ivoiriens d’être dorénavant les maîtres de leur destin, les  possesseurs de leurs pays et ressources, dans le but de construire et de garantir à tout habitant de la Côte d’Ivoire, un Etat-Providence.

Il s’agit pour nous de faire en sorte que,  la classe politique africaine et de la Côte d’Ivoire  qui lutte pour le maintien au pouvoir, qui veut l’alternance ou la transition politique,  adhère aux principes de notre lutte pour achever le processus de décolonisation totale et de désaliénation radicale de l’Afrique, à travers la mise en œuvre de la V.I.S.I.O.N pour un Etat-Providence en Côte d’Ivoire.

Stratégiquement,  avec l’idée du boycott de la présidentielle du 31 octobre 2020, la classe politique et tous les acteurs politiques,  économiques,  culturels et sociaux, ont une belle opportunité entre leurs mains, pour mobiliser et encadrer le peuple et les forces vives  à descendre dans la rue pour réclamer et exiger, à partir des meetings de campagne présidentielle, qu’on ne peut réprimer légalement ou interdire même au regard de la loi électorale,  le boycott stratégique,  qui suppose la non-participation des électeurs au scrutin du 31 octobre 2020, mais surtout la tenue IMMEDIATE des États Généraux.

Cette tenue des États Généraux est bien la clé de libération totale du pays du joug de l’oligarchie capitaliste et impérialiste et de l’ordre néo colonial ouattariste en place dans le pays depuis avril 2011.

Il serait judicieux et utile de  multiplier les  interventions médiatiques et passages sur les  chaînes,  afin de nous donner la possibilité de délivrer notre message et notre appel aux  politiciens ivoiriens, à prendre conscience de cette merveilleuse opportunité de libération du pays de l’emprise de la dictature et de l’ordre politique néo colonial, qui ne peut que maintenir le pays dans le système actuel de la domination et la dépendance perpétuelle, sur tous les fronts et secteur de sa vie ou de son évolution comme on peut le constater après près de 60 ans d’indépendances octroyées dans la quasi-totalité des pays africains.

Nous avons le devoir d’exploiter cette chance de libération totale, d’indépendance réelle et de souveraineté totale que le peuple ivoirien dispose aujourd’hui avec l’idée d’un boycott stratégique de la présidentielle du 31 octobre 2020, dans la perspective d’achever son processus de décolonisation totale et de désaliénation radicale, et in fine, pour garantir le règne de l’État-providence pour tous en Côte d’Ivoire.

Le devoir s’impose à nous, l’Afrique nous appelle,  le monde nous regarde.

Ensemble,  rendons possible l’impossible

Ensemble, nous sommes invincibles.

Douala le 18 octobre 2020

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here