Le contraire m’aurait surpris. Entre le très « généreux » Jean-Pierre Amougou Belinga et son ancien collaborateur, Ernest Obama, le choix est vite fait.
Paul Biya, président de la République du Cameroun au micro du journaliste Ernest Obama
- Advertisement -

Le contraire m’aurait surpris. Entre le très « généreux » Jean-Pierre Amougou Belinga et son ancien collaborateur, Ernest Obama, le choix est vite fait. Les directeurs de publication proches du Pdg du groupe l’Anecdote, fidèles à leurs lignes éditoriales, dédouanent leur partenaire, sans cligner des yeux dans l’affaire qui l’oppose au jeune journaliste. Ils sont comme ces médias qui ne disent jamais la vérité à leurs bailleurs de fonds.

La vérité dans cette affaire est que les droits d’Ernest Obama sont violés. Ces Dp doivent le reconnaître, au lieu de jouer aux « avocats beurre beurre» sans avoir écouté le camp adverse, qui, selon certaines publications, ne cesse d’implorer le pardon de son ancien boss.

Dans leurs publications de ce lundi 22 juin 2020, les francs-tireurs de Yaoundé présentent le jeune Ernest Obama comme un « traître », qui a voulu livrer son patron à ses détracteurs sur un plateau en or. Un travail en commun qui frappe à l’œil nu.

Comme moi, les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs qui les prenaient au sérieux sont déçus. Je suis de ceux qui glorifient régulièrement le président directeur général du groupe l’Anecdote. Je l’assume. Mais il a appuyé sur « déranger » cette fois-ci.

A travers les tirs groupés de ce matin, ces médias renouvellent leur soutien à Jean-Pierre Amougou Belinga, et prouvent que les jeunes patriotes qui soutiennent mordicus le régime, les forces de l’ordre et la justice de notre pays, doivent tourner sept fois leur langue dans la bouche avant de parler.

Si l’opération de jeudi dernier semble normale pour les poches de certains promoteurs de média, elle est anormale pour la conscience professionnelle, la justice et le respect des droits de l’homme au Cameroun.

Oui Ernest Obama a péché. Il a gaffé… comme tous les hommes ; est-ce pour autant qu’il devrait être traité comme un « général » d’un groupe terroriste ? A-t-il pris les armes contre la République ? A-t-il apporté son soutien à une bande armée d’un pays ami ? Préparait-il une insurrection ? Je ne pense pas.

Jusqu’ici, on parle de plus de « 100 millions de FCFA » détournés à son ex Pdg, d’ « abus de confiance » et de « haute trahison ». Cela suffit-il pour jeter ce jeune homme à la vindicte populaire ?

Didier Ndengue

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here