- Advertisement -

Le chef de l’exécutif communal promeut une gestion rigoureuse et objective des ressources de son arrondissement.

Ses détracteurs aboient, mais le maire reste droit dans ses bottes. Il poursuit l’œuvre pour laquelle il a été porté à la tête de la commune d’arrondissement de Yaoundé 7 (CAY7). Visiblement, Augustin Tamba ne compte céder à aucun chantage, même si les titres des journaux se multiplient contre lui. Loin d’être parfait, le Maire traite les dossiers de son arrondissement avec rigueur. C’est le cas du Pick up de la Mairie dont Cami Toyota tente de crever les pneus. Un proche de Augustin Tamba apprend que « Cami Toyota veut faire payer une facture de 5 millions de francs CFA sur ce véhicule qui est encore sous garantie ». Le Maire s’oppose. Le dossier est actuellement au contentieux. L’autre sujet qui fait des vagues dans l’arrondissement est la gestion des ressources financières des stages de vacances. On nous rassure dans les couloirs de la Mairie que « tous les stagiaires ont été payés par le Receveur municipal ». Le Maire Augustin Tamba ne se reconnait ni dans la gestion frauduleuse des stages qu’il encourage d’ailleurs, encore moins des marchés ou détournements des fonds de la Mairie.

Ses regards sont tournés vers les travaux de construction de la nouvelle Mairie de Yaoundé 7e. L’inauguration du bâtiment est prévue pour la fin de l’année en cours selon l’agenda de Augustin Tamba. A en croire un employé de la Mairie, « c’est la réalisation de ce projet qui est la cause de la cabale dont est victime le Maire.»

Soulignons que la commune d’arrondissement de Yaoundé 7 est la seule du Mfoundi à avoir un Plan communal de développement (PCD) validé par le Minepat et la Banque mondiale. Celui-ci intègre dans toute sa transversalité, la lutte contre le chômage par la mise en place d’un Réseau local de l’économie sociale et solidaire ( Reless ) soutenu par le gouvernement et des partenaires privés. Les mois de décembre 2019 et janvier 2020 seront déterminants pour la Mairie. Cette période marque le lancement de ses projets ambitieux, malgré ses multiples handicaps. « Elle n’a pas de marché, pas d’activités économiques importantes pour le recouvrement des impôts locaux », apprend-on. Toute chose qui amène régulièrement Augustin Tamba à puiser dans ses fonds propres pour financer certains projets de Yaoundé 7.

S.K

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here