La cérémonie de récompense de l’excellence managériale organisée par ‘’Fabafriq Magazine’’ se tient la semaine prochaine à Douala.
Panel de la conférence de presse pour présenter la septième édition de The Corporate Awards . Photo: LPA
- Advertisement -

La cérémonie de récompense de l’excellence managériale organisée par ‘’Fabafriq Magazine’’ se tient la semaine prochaine à Douala.

‘’The Corporate Awards’’, la cérémonie de récompense des entreprises africaines qui se démarquent, est rendue à sa septième édition cette année. Le concept porté depuis 2016 par Adeline Sede Kamga, directrice de publication de ‘Fabafriq Magazine’’, redépose ses trophées au Cameroun, après plusieurs éditions ténues en Afrique de l’Ouest et au Gabon.

Le rendez-vous de 2021 aura lieu le 19 novembre prochain, à l’hôtel Akwa Palace de Douala. 37 entreprises retenues sur 69 nominations, sont en compétition dans sept catégories (service client, responsabilité sociale de l’entreprise, investissement de l’entreprise sur son personnel, égalité des opportunités dans l’entreprise, entreprise la plus innovante, employeur de choix, hygiène, sécurité et santé).

En effet, ‘’The Corporate Awards 2021’’ récompense et promeut les entreprises qui mettent les ressources humaines au centre de leur fonctionnement. Celles-ci brillent par leur dynamisme, changent la donne, innovent, représentent des modèles et favorisent l’excellence.

Démarche

Le casting en cours se déroule en deux étapes. La première consiste à demander aux internautes de nominer leurs entreprises préférées dans les différentes catégories citées supra. La deuxième quant à elle, consiste à adresser des lettres de nomination aux dirigeants des structures proposées sur les réseaux sociaux. Si ces derniers acceptent leur nomination, les équipes des awards effectuent une descente sur le terrain pour se rassurer qu’elles répondent effectivement aux critères du concours avant d’être retenues sur la liste finale.

«Cette année, nous avons beaucoup de sociétés qui n’ont jamais pris part à la compétition. On a aussi changé notre manière de faire les interviews. On va dans les locaux des entreprises pour voir exactement si ce qu’ils ont mentionné sur les fiches de renseignement est vraiment réel sur le terrain », indique Adeline Sede Kamga.

Avant, explique la promotrice de l’évènement, le comité d’organisation se référait uniquement aux fiches de renseignement «et on se disait qu’elles disaient la vérité». Ce qui n’était pas toujours le cas, regrette Adeline Sede Kamga. Raison pour laquelle la nouvelle démarche a été adoptée pour remplir les conditions d’éligibilité. «Pour qu’une société soit qualifiée, il faut une visite à l’usine. Ou une visite sur le lieu du travail», insiste la présidente du comité d’organisation.

A travers cet évènement, les organisateurs encouragent les entreprises exerçant sur le continent à s’arrimer aux standards internationaux.

D.N.

 

 

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here