- Advertisement -

Aller d’un bout à l’autre sans peur de se faire renverser par une mototaxi est presqu’une mission impossible au carrefour Ndokoti, à Douala. Faute de feux de signalisation vers la voie qui conduit à Logbaba, dans le troisième arrondissement, quelques agents de maintien de l’ordre dirigent la circulation. Les klaxons de véhicules bouchent les oreilles des passants. Les trottoirs quant à eux, sont occupés par des vendeurs à la sauvette. Ce qui ne facilite pas la tâche aux piétons. Pour s’en sortir, il faut faufiler au milieu de ces engins incontrôlables.

Il n’y a pas que les feux de signalisation et l’incivisme qui sont à l’origine de ces embouteillages, l’état de la route y est également pour beaucoup. Ndokoti est considéré comme le carrefour le plus bruyant de la capitale économique camerounaise. Chacun dicte sa loi sur cette route qui mène au complexe sportif de Japoma, l’un des plus beaux d’Afrique.

Au carrefour Ndokoti, on retrouve quelques voyous qui agressent les passants à des heures tardives à l’aide des armes blanches.

Il est donc urgent de remettre de l’ordre ici. Surtout pendant la période du Championnat d’Afrique des nations de football (CHAN) qui se jouera au Cameroun. Plus précisément du 4 au 25 avril prochain à Yaoundé, Douala, Buea et Limbé. Les membres des commissions des sites de Douala ont pris fonction ce vendredi 17 janvier dans les services du gouverneur de la région du littoral. Ils doivent immédiatement se mettre à l’œuvre pour désengorger cette route afin de permettre aux joueurs et leurs supporters de se rendre au stade de Japoma en toute quiétude.

#LaPlumeDelAigle

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here