Tony O. Elumelu, président du groupe UBA
- Advertisement -
Ce pactole est destiné au Nigéria et à 19 autres pays du continent touchés par la pandémie.

 Le top management de la banque panafricaine est au cœur de la lutte contre la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19). Au-delà des mesures prises en interne pour lutter contre la propagation de ce virus mortel, United Bank for Africa a pensé à sa clientèle africaine. Ce jeudi 26 mars 2020, l’institution financière annonce un don de plus de 5 milliards de nairas (14 millions USD), par le truchement de la Fondation UBA, en vue de soutenir la riposte globale panafricaine contre la pandémie mondiale du coronavirus (Covid-19).

«Il s’agit d’un moment où nous devons tous jouer notre rôle. Cette épidémie mondiale doit unir les citoyens, les gouvernements et les chefs d’entreprise, et ce sans délai. Étant donné que le nombre de cas de coronavirus augmente rapidement au Nigéria et en Afrique, le secteur privé doit travailler main dans la main avec les différents gouvernements pour endiguer la propagation de cette pandémie mondiale»,  a déclaré le président du groupe UBA, Tony O. Elumelu, au cours d’une réunion avec ses collaborateurs.

Cette enveloppe, précise la cellule de communication de la multinationale nigériane, est destinée au Nigéria et à 19 autres pays africains touchés par le virus.

La direction générale a d’ores et déjà procédé à la répartition de ces 14 millions de dollars, qui permettront de fournir du matériel de secours, des équipements de soins essentiels et une assistance financière aux gouvernements.

Le programme de soutien UBA sera réparti comme suit: 1 milliard de nairas (2,8 millions de dollars) au gouvernement de l’État de Lagos au Nigéria ; 500 millions de nairas (1,4 million de dollars) à la capitale fédérale du Nigéria, Abuja ; 1 milliard de nairas (2,8 millions de dollars) pour les 35 autres États du Nigéria ; 1,5 milliard de nairas (4,2 millions de dollars) aux pays africains où la banque est présente ; 1 milliard de nairas (2,8 millions de dollars) pour des structures sanitaires avec du matériel et des fournitures, et un centre d’appel de télémédecine gratuit.

Simon Keng

Lire aussi:ÉCONOMIE NUMÉRIQUE: DOUALA SURFE SUR LE FUTUR

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here