Les participantes forment la carte du Cameroun
- Advertisement -

C’est ce qui ressort des toutes premières négociations nationales des femmes, clôturées le 21 septembre dernier dans la capitale camerounaise.

L’un des points marquants de ces assises de trois jours aura été l’adoption d’un Traité de paix, constitué de 26 articles. Cet Accord témoigne à suffisance de la volonté de ces femmes à créer et à consolider un environnement de paix au Cameroun. Comme précisé dans les articles 4, 5 et 6 dudit document, les femmes se sont réunies à Yaoundé comme des personnes partageant une même humanité et un même destin, afin de proclamer leur vision commune d’une paix commune au Cameroun et de la fin de toute violence, en particulier des conflits dans les régions de l’Extrême-Nord, de l’Est, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Résolutions

À l’issue des trois jours de travaux, ces femmes ont décidé, notamment, de soutenir l’arrêt immédiat de toutes les confrontations armées ; contribuer à faire pression en faveur des négociations et du dialogue ; ne reculer devant rien pour promouvoir les mécanismes qui soutiennent, pérennisent la santé et l’hygiène, l’éducation et l’autonomisation socio-économique des jeunes vulnérables à la violence dans les zones touchées ; s’efforcer de fournir une assistance psychosociale aux personnes en milieu de crises ; s’appuyer sur les expériences et les résultats de cette première négociation  pour remplir leur mission de plaidoyer continue de paix, entre autres.

Lire aussi : Convention pour la paix au Cameroun : les femmes passent aux négociations

A titre de rappel, la première convention nationale des femmes pour la paix au Cameroun est une initiative d’un groupe de femmes soucieuses de paix. Ce sont, entre autres, des femmes militantes de la paix, des femmes et filles déplacées, des victimes, survivantes des violences liées à la guerre, des femmes cheffes traditionnelles et religieuses, des femmes sportives et soldat, etc. Elles comptent soutenir le gouvernement et ses partenaires au Cameroun et à l’étranger dans tous les efforts de paix entrepris.

Elles appellent par ailleurs les parties prenantes au conflit à mettre fin aux hostilités, poursuivre un dialogue inclusif et continu sur des questions fondamentales autour des valeurs de la paix, assurer l’implication permanente et égale des femmes médiatrices et négociatrices de paix.

A noter que cette négociation se présentait comme une simple simulation dans les régions en crise du Cameroun.

Francine Atangana

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here