Le président national du Social democratic front (SDF) Ni John Fru Ndi a procédé le 16 juin 2022 à la nomination de certains cadres au sein du parti. Le poste de vice-président du département des Travaux publics et transport dans le Shadow cabinet est désormais confié à Mathurin Byoll. ‘’La Plume de l'Aigle’’ est allée à la rencontre de cet esprit brillant qui fait son entrée dans le directoire du parti de la balance.
Mathurin Byoll : «Il  fallait donner du sang neuf au Shadow cabinet»
- Advertisement -

Le président national du Social democratic front (SDF) Ni John Fru Ndi  a procédé le 16 juin 2022 à la nomination de certains cadres au sein du parti. Le poste de vice-président du département des Travaux publics et transport dans le Shadow cabinet est désormais confié à Mathurin Byoll. ‘’La Plume de l’Aigle’’ est allée à la rencontre de cet esprit brillant qui fait son entrée dans le directoire du parti de la balance.

Quelles ont été vos premières impressions après votre nomination par le Chairman ?

Après cette nomination je suis essentiellement animé. Des sentiments   de  joie, de gratitude  à l’égard du  Chairman Ni John Fru pour cette marque de confiance qu’il m’accorde. Je suis également animé d’un sentiment de remerciement à l’endroit du  premier vice – président l’honorable Joshua Osih qui a proposé ma candidature à ce  poste. Enfin je suis  animé d’un sentiment  de gratitude à l’égard de mes camarades du  parti qui quotidiennement m’encouragent et me poussent à aller de l’avant.

Qu’est ce qui peut avoir motivé le président national à procéder à ce réaménagement au sein du SDF?

Le Chairman a jugé  nécessaire de réaménager le Nec et le Shadow cabinet par ce que certains des membres de ces organes sont décédés depuis leurs élections lors du dernier congrès en  2018. D’autres ont perdu l’engouement qui était nécessaire pour tenir leurs responsabilités et ne le faisaient  pas convenablement. Il fallait donc les remplacer. Pour ce qui concerne les membres  du Nec, le Chairman a reçu mandat le 14 mai  2022  de la part de cet organe et  il a donc remplacé ceux de ces membres qui étaient décédés, notamment des nouveaux conseillers juridiques nationaux. Au niveau du Shadow cabinet, il se trouve que beaucoup de membres du cabinet n’exerçaient plus convenablement leurs fonctions. Il  fallait donc donner du sang neuf, un nouveau souffle à cet organe  et c’est ce que le Chairman a fait.

À l’analyse de ces nominations, l’on constate que plusieurs cadres proches de Jean-Michel Nintcheu, président régional du SDF pour le littoral ont été écartés et ceux proches de Joshua Osih, vice-président renforcés. Qu’est ce qui justifie ce choix de votre président national ? 

Les nominations du Chairman sont essentiellement discrétionnaires. Ça veut dire que lorsque le président national de notre parti s’engage à former le Shadow cabinet, il reçoit des propositions venant de tous ceux qu’il sollicite. Ça peut être, les vice-présidents, le secrétaire général du parti, d’autres membres du Nec, les présidents régionaux etc. Après ces consultations il procède à des nominations. C’est ce qui a été fait. Donc je ne peux pas savoir véritablement qu’elles étaient ses motivations. Ses décisions sont essentiellement discrétionnaires et  lui seul peut véritablement justifier pourquoi est-ce qu’il a une préférence pour tel membre plutôt que pour tel autre membre.

Que vaut le Shadow cabinet de nos jours quand on sait que ses membres ne sont pas assez représentatifs sur le terrain ?

Le Shadow cabinet a toujours son importance. Pour un parti comme le SDF qui entend gouverner ce pays et se prépare à le faire. Il a tout intérêt à avoir un organe technique comme le Shadow cabinet. Un organe qui élabore les politiques publiques du parti et les propose à l’organe dirigeant qui est le Nec. Donc il demeure totalement  très important et son rôle est  celui-là : d’être en avant garde dans le contrôle véritable du fonctionnement du gouvernement. Dans le contrôle des politiques  qui sont implémentées par le gouvernement et dans la critique de  ces politiques publiques là. Et  propose  au Nec des orientations qui peuvent être prises dans le but soit de pallier aux manquements  ou davantage, apporter des éclairages sur ce qui devrait être fait en priorité lorsque le SDF arrivera au pouvoir.

Au moment où le SDF est en perte de vitesse depuis la dernière élection présidentielle, quel sera votre rôle au sein du Shadow cabinet?

Mon rôle en tant que membre du  Shadow cabinet, notre gouvernement de l’ombre, et en particulier en tant que vice-président de la commission en charge des travaux publics et du transport, sera de tenir à la culotte les membres du gouvernement qui sont en charge de ces deux départements. En scrutant méticuleusement les politiques publiques qui sont mises sur pied par ces ministres-là. Scruter les actions qui sont posées par ces ministres. Scruter véritablement le fonctionnement, les agissements, les différents grands chantiers qui ont été lancés dans ces départements. De contrôler leur suivi, les  évaluer, critiquer sérieusement et  faire les propositions au Shadow cabinet. Il s’agira pour nous de faire véritablement vivre cette commission afin qu’à partir de la critique que nous ferons et des propositions  l’opinion publique nationale ait vraiment le sentiment que le SDF est au travail et que le parti offre  une autre alternative concernant ces aspects de la gestion du pays .

Sous quel signe placez- vous votre bail?

Je place mon bail sous le signe de la revitalisation. Je suis conscient du fait que le Cameroun a besoin aujourd’hui d’un SDF plus  fort.  Un SDF plus rigoureux. Un SDF plus  conquérant. Qu’il soit le plus fermement possible attaché à la défense de leurs   intérêts. Et  pour cela il faudra donc que les propositions que nous ferons au cours de ce bail soient de nature à montrer aux Camerounais que nous sommes attachés à ces causes.

Entretien mené par Ruffine Moguem

 

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here