- Advertisement -
Sous le label « Africa femmes performantes », elles peaufinent actuellement une stratégie de conquête de l’Etat de Floride entre septembre et octobre 2020.  

En cette fin de journée du mercredi 29 janvier 2020, dans une salle de réunion de l’hôtel « La Marina », à Youpwè, dans le deuxième arrondissement de Douala, six femmes entrepreneures camerounaises réfléchissent sur la destination américaine. Les échanges sont pilotés par Patricia Seké, présidente de l’association Africa femmes performantes (Afp). En séjour au pays de ses aïeux, en provenance de l’Etat de Maryland aux Etats-Unis d’Amérique, celle qui siège au conseil d’administration de l’Agoa Civil Society Network USA, présente les opportunités qu’offre le marché américain aux produits africains à ses sœurs camerounaises.

« Le but de cette réunion aujourd’hui, c’est la mise en place de notre équipe. Nous avons un gros projet qui est celui de l’ouverture d’un Showroom dans l’Etat de Floride à Miami », explique l’entrepreneure.

L’une de ses ambitions prioritaires de l’année en cours, c’est de vendre les produits fabriqués et conditionnés localement à Miami, qui est une zone de libre échange « et l’Etat le plus proche du continent africain ».

Produits made in Cameroun

En fait, rapporte Patricia Seké, la politique du gouvernorat de l’Etat de Floride « est de se rapprocher davantage de l’Afrique ». La zone de libre-échange mise sur pied consiste à accueillir les produits africains. Les produits ivoiriens, ghanéennes, etc. y sont déjà bien représentés.

La réunion de Douala, en prélude à l’ouverture du Showroom, permet de mettre en place une équipe pour promouvoir les produits « Made in Cameroon ». Le but final est de séduire et d’occuper les premiers rayons à l’ouverture du Showroom prévue entre septembre et octobre 2020.

Produits consommables

Ces femmes entrepreneures camerounaises sont conscientes des réalités du marché américain. Un marché très exigeant en ce qui concerne les produits alimentaires. C’est la raison pour laquelle les membres de la plateforme Afp prennent toutes les dispositions pour que leurs produits ne soient pas rejetés.

Séance de travail à Douala

S’il est vrai que certains produits camerounais ont un feu vert sur le territoire de l’oncle Sam, il n’en demeure pas moins qu’un point d’honneur doit toujours être mis sur leur conditionnement.

Dans la liste très sélective des produits camerounais demandés aux Etats-Unis justement, on retrouve le café, le cacao, le poivre de Penja, les tisanes, la citronnelle, les épices, et les thés. « Ce sont des produits phares qui ne vont pas peiner à être écoulés », rassure Patricia Seké. Celle qui a une bonne connaissance des habitudes culinaires américaines ne doute pas une seule seconde de la qualité de ces produits consommables en hiver comme en été.

Rappelons que l’Afp a mis sur pied une coopérative au niveau local. Elle compte aménager un entrepôt à Douala pour le stockage des produits commercialisables sur le marché américain. Patricia Seké qui y veille de près, retourne aux Etats-Unis dans les prochains jours avec quelques échantillons des produits cités plus haut. Son feedback sera déterminant pour la suite de l’offensive à Miami.

Didier Ndengue     

 

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here