Des députés européens en séance de travail. A quand la fin de l'hypocrisie?
- Advertisement -

Par un contributeur anonyme

Séparatisme, sécession, deux termes que l’hypocrisie des occidentaux les amène à manier différemment, selon leurs intérêts égoïstes, tantôt en un pseudo droit à l’autodétermination, tantôt en une violation de l’intégrité territoriale. Pourtant il est bien connu qu’en droit international toute action tendant à la partition du territoire d’un État est proscrite, et considérée comme une agression.

Lorsque les Gouvernements Africains s’insurgent contre cette maladroite fourberie qui institue une justice à géométrie variable, des levers de boucliers sont observés, et leurs dirigeants traités de pires qualificatifs. Et pourtant !

L’exemple valant mieux que la leçon, laissons les grandes théories et interrogeons les faits palpables. Analysons par exemple les comportements de l’Union Européenne vis-à-vis des leaders sécessionnistes en Espagne (Europe) d’une part, et au Cameroun (Afrique) d’autre part et tirons nos propres conclusions.

1- Depuis le sol Européen, Mark Baretta (Belgique) et Ayaba Cho (Norvège), financent les mouvements sécessionnistes dits des “Ambazoniens” au Cameroun. Dans des vidéos publiées sur internet, ils appellent leurs affidés sur le terrain à commettre les pires atrocités contre les populations (viols, exécutions sommaires et barbares, kidnappings, incendies d’écoles, etc.), semant ainsi la terreur au sein des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

En guise de réaction, nous notons un silence inquiétant des Européens face aux multiples méfaits de ces brigands, multipliant des pressions sur le Gouvernement légitime Camerounais dont ils mettent étonnamment l’armée sur le même piédestal que les terroristes.

Au sacro-saint principe “aut dedere, aut judicare” qui devrait les contraindre à juger ou à extrader les leaders sécessionnistes et terroristes Ayaba Cho et Mark Baretta vers le Cameroun, la Norvège et la Belgique, appuyés en cela par la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne et la Suisse, exigent que le Gouvernement Camerounais “dialogue” ! Quel mépris des souffrances des victimes et de leurs familles !?!

2- De l’autre côté de la méditerranée, la Catalogne en Espagne! Carles Puidgemont, ex Président de la Généralité (Gouvernement Catalan) déchu pour avoir essayé de porter sa Région à l’indépendance par sécession, par ailleurs Eurodéputé, est rejeté par toute l’Europe, qui ne tolère aucune violation de l’intégrité territoriale d’un État Souverain, en l’occurrence l’Espagne. Ce qui vaut ici, ne vaut pas ailleurs bien entendu : deux poids deux mesures ! Il y a un droit international pour le Tiers Monde, et un autre pour l’Occident.

La preuve, hier 08 mars 2021, le Parlement Européen, au sein duquel siège pourtant Carles Puidgemont et ses deux ex conseillers Toni Comin et Clara Ponsati, a voté à une majorité absolue et écrasante (400 voix contre 248 et 45 abstentions) en faveur de la levée de l’immunité de ces derniers. En d’autres termes, l’Union Européenne vient de donner quitus aux tribunaux Belges et Ecossais de poursuivre les procédures d’extradition ouvertes contre Carles Puidgemont et Toni Comin (à Bruxelles) et Clara Ponsati (à Édimbourg), réclamés par la justice Espagnole où ils sont poursuivis pour des faits de sécession !!!

Quel crime au juste aura commis Puidgemont et ses compagnons ? Pourquoi un tel acharnement contre des individus qui militent pacifiquement pour la création d’un État propre à une Nation existante, la Nation Catalane en l’occurrence ?

Quelle logique explique une différence de traitement entre ces catalans d’une part, et d’autre part l’attentisme, sinon le déni de justice en faveur de criminels dangereux comme Ayaba Cho, Mark Baretta, Chris Anu et compagnie, dont le sang des victimes innocentes crie dans les tréfonds des villages et forêts des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun ?

Pour le cas de la Catalogne, le Gouvernement de Madrid a jugé que c’est une affaire essentiellement interne. De la même manière, les autorités Camerounaises ont toujours clamé le caractère interne de la crise dans le NoSo. Si s’agissant de la Catalogne, les actions de l’Union Européenne corroborent bien cette position, à la surprise générale, la même institution n’a eu cesse de s’immiscer dans la gestion de la crise dans le NoSo, avec pour seul objectif de l’internationaliser et de l’envenimer, à l’effet de susciter une intervention armée pouvant conduire à une déstabilisation du pays.

Jusqu’où la comédie, la filouterie, le machiavélisme et la perfidie des Occidentaux en général et des Européens en particulier, conduiront l’humanité ?

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here