L’évènement est célébré ce 20 novembre 2021 sur le thème : «Mettre en lumière les droits de l’enfant ». En prélude à cette journée, l’institution a fait une Déclaration datée du 18 novembre dernier, visant à fustiger les atrocités dont sont victimes les enfants et plaide davantage pour leur protection.
Enfants africains
- Advertisement -

L’évènement est célébré ce 20 novembre 2021 sur le thème : «Mettre en lumière les droits de l’enfant ». En prélude à cette journée, l’institution a fait une Déclaration datée du 18 novembre dernier, visant à fustiger les atrocités dont sont victimes les enfants et plaide davantage pour leur protection.  

Pour cette 67ème journée mondiale de l’enfance qui coïncide avec le 75ème anniversaire du Fonds des Nations Unies pour l’enfance, la Commission invite les Etats, à travers les collectivités territoriales, à s’illuminer en bleu, couleur de paix, afin de porter des messages en faveur de l’enfance, de collecter des fonds pour les plus vulnérables d’entre eux et de sensibiliser le grand public à cette cause. Dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, les Nations Unies ont proclamé que l’enfant a droit à une aide et à une assistance spéciale. A cet effet, la Charte africaine des Droits et du bien-être de l’enfant, adoptée en juillet 1990 et entrée en vigueur le 29 novembre 1999, énonce en son article 4 que « [dans toute action concernant un enfant, entreprise par une quelconque personne ou autorité, l’intérêt de l’enfant sera la considération primordiale».

La Commission rappelle par ailleurs que  le Cameroun a ratifié, le 11 janvier 1993 la convention des Nations Unies aux Droits de l’enfant qui, en son article 19 (1) invite les Etats parties à prendre « toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitement ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié ».

Promouvoir l’éducation des enfants

Selon la Commission des Droits de l’Homme, 70.000.000 d’enfants à travers le monde sortent de l’enfance trop tôt pour des problèmes de santé, de conflits, de violence extrême, de mariage d’enfants, de grossesses précoces, de malnutrition, de privation d’éducation et de travail des enfants. A cet effet, elle condamne avec la dernière énergie  tout acte qui vise à porter atteinte aux Droits fondamentaux des enfants et réitère ses appels aux autorités, afin que les auteurs de tels actes soient activement recherchés, interpellés et traduits en justice.

La Commission recommande au gouvernement camerounais et aux pouvoirs publics l’approbation de la Déclaration d’Oslo sur la sécurité des écoles ; la mise en œuvre effective du plan d’achèvement universel de l’enseignement primaire et secondaire ; la sensibilisation vigoureuse des parents sur les conséquences liées à l’abandon des enfants dans la rue entre autres. Elle entend continuer à promouvoir et à protéger l’éducation des enfants contre les attaques.

Francine Atangana  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here