Le fournisseur de l’énergie électrique au Cameroun définit un nouveau départ avec ses clients ce vendredi 10 juillet 2020.
Un agent d'Eneo en action
- Advertisement -

Le fournisseur de l’énergie électrique au Cameroun définit un nouveau départ avec ses clients ce vendredi 10 juillet 2020.

Depuis plus d’un mois, le sommeil du top management d’Eneo est électrocuté. Eric Mansuy et ses collaborateurs essuient des critiques sévères venant des associations de défense des droits des consommateurs camerounais, qui demandent entre autres, la « suspension de l’opération d’estimation des index des compteurs d’énergie électrique» mise sur pied par l’entreprise.

En juin dernier, l’Agence de régulation du secteur du secteur de l’électricité (Arsel), après une descente auprès des consommateurs, a constaté que « les relevés des index des compteurs n’ont pas été faits au cours du mois de mai 2020 dans plusieurs points de livraison ; les factures d’électricité servies aux consommateurs pour le compte de ce même mois viennent attester l’absence de la relève des index ».

A en croire Jean Pascal Nkou, directeur général de l’Arsel, cette opération a bousculé les consommations d’énergie électrique « à des tranches supérieures (ou inférieures) au coût du kWh le plus élevé (ou plus bas) ». L’agence a saisi le directeur général d’Eneo le 11 juin 2020 pour demander la « suspension de cette opération d’estimation systématique des index au motif du covid-19 ».

Réaction d’Eneo

Le top management d’Eneo n’est pas resté insensible aux nombreuses réclamations des consommateurs en cette période de covid-19. Ce vendredi 10 juillet 2020, l’entreprise annonce la mise en œuvre de nouvelles mesures dans le but de satisfaire sa clientèle. « Un ensemble de mesures seront prises à compter de cette semaine et seront mises en œuvre progressivement pour amorcer une nouvelle relation entre Eneo et sa clientèle », informe la direction générale dans un communiqué en circulation sur la toile depuis deux jours.

Eneo et sa clientèle vers un nouveau départ.

Dans les couloirs de la direction générale à Douala ce jeudi 9 juillet, La Plume de l’Aigle apprend que parmi les premières mesures, « un dispositif d’écoutes et de prise en charge accélérée des réclamations liées aux factures de consommations mensuelles» sera mis en place demain.  

Ce nouveau départ qui concerne premièrement les agences de Douala, Yaoundé, Bafoussam, Garoua et Maroua, se déroule sous le regard bienveillant des associations de défense des droits des consommateurs.

Simon Keng

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here