Ebolowa : la conférence épiscopale déconseille les «influenceurs qui proposent des chemins sans issus» à près de 7 000 jeunes
Les leaders de l'église catholique du Cameroun encadrent les jeunes à Ebolowa
- Advertisement -

Réunis dans la région du Sud dans le cadre des Journées nationales des jeunes (JNJ), ces jeunes chrétiens camerounais font l’expérience d’une belle amitié de foi.  

Ces jeunes chrétiens sont partis de l’archidiocèse de Yaoundé, des diocèses de Sangmélima, Mbalmayo et Ebolowa, où se  sont tenues les  journées en diocèse. Ils ont rejoint le village des Journées nationales des jeunes (JNJ) au collège Bonneau à Ebolowa, le 4 août 2022.

La célébration eucharistique marquant la rencontre nationale s’est tenue ce vendredi 5 août 2022. Elle était présidée par Mgr Emmanuel Dassi Youfang, évêque du diocèse de Bafia. Le prélat était entouré d’un parterre de prêtres. Dans son homélie de circonstance axée sur l’évangile de Matthieu16, v. 24 à 28, il a exhorté «les  jeunes à demeurer dans le Christ et à ne pas se laisser influencer négativement par des voies contraires.»

«Il est capital que les jeunes puissent faire confiance à l’église qui parle au nom du Seigneur et non à des influenceurs qui proposent des chemins sans issus. Ils méritent plus mieux que ce que le monde veut leur proposer et qui n’est qu’une tromperie », poursuit l’évêque de Bafia.

Pour Mgr Marcelin Marie Ndabnyemb, évêque du diocèse de Batouri, «la jeunesse est l’avenir de l’église, de la société. Nous sommes venus conduire les jeunes au Christ, partager et vivre  avec eux les valeurs de l’évangile.»

Des jeunes chrétiens aux JNJ à Ebolowa

À la question de savoir «comment les jeunes doivent-ils procéder pour trouver le Christ à Ebolowa ?»  Mgr Alain Philippe Mbarga explique : «C’est l’église qui vient à la rencontre des jeunes du Cameroun. C’est la conférence épiscopale qui est ici et qui veut venir à la rencontre de ces jeunes pour pouvoir les écouter et laisser parler Dieu dans leur cœur et dans leur vie.»

Au moment où la jeunesse est en proie aux pressions et harcèlement divers,  l’évêque du diocèse d’Ebolowa affirme que «si les jeunes font confiance en Jésus, ils auront la vie.»

Ainsi, face aux contre-valeurs et voies tortueuses qui rendent la vie désagréable aux jeunes «nous voulons leur dire  que le Christ  est vivant, le Christ vous sourit et vous demande d’avancer au large», conclut le guide religieux.

Ruffine Moguem, envoyée spéciale à Ebolowa

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here