Près de trois mois après son élection à la tête du club mythique de la capitale économique camerounaise, Audrey Yetna Epse Chicot est victime des réunions nocturnes visant à déstabiliser son mandat.
Audrey Yetna Epse Chicot, présidente de Dynamo FC
- Advertisement -

Près de trois mois après son élection à la tête du club mythique de la capitale économique camerounaise, Audrey Yetna Epse Chicot est victime des réunions nocturnes visant à déstabiliser son mandat.  

Depuis son élection à la tête de la Dynamo football club à l’issue de l’assemblée générale élective du 7 mai 2022, Audrey Yetna Epse Chicot essuie des contestations à l’interne.  La présidente du club mythique de la ville de Douala fait face aux manœuvres des vieux démons qui tiennent absolument, selon certaines indiscrétions, à plomber son bail.

L’on se souvient qu’après son élection, son seul challenger, l’avocat Jean Louis Bateky avait magnifié son leadership : «Nous pensons que, quand quelqu’un a du potentiel, il faut lui donner l’opportunité de se déployer en restant dans l’encadrement. Je ne suis pas encore milliardaire comme ma sœur. Donc ses moyens peuvent nous servir, et nous autres, l’expertise que nous avons, servira de complémentarité. En résumé, on retient que c’est Dynamo qui sort vainqueur, pas une autre personne

Depuis mai, Audrey Yetna Epouse Chicot a «réussi à stabiliser l’équipe sur le plan du jeu,  à  mettre les joueurs en confiance, à imposer un rythme aux entraînements et au jeu, en somme à professionnaliser la gestion technique, et managériale de l’équipe. Ils sont régulièrement payés, ils ont leurs primes, Dynamo a désormais un siège moderne avec un personnel permanent, une salle de conférences, un lit de kinésithérapie, et autres matériels médicaux, des kits pour les entraîneurs, un équipementier, des ballons estampillés Dynamo FC etc….», renseigne un proche collaborateur de la présidente.

Détracteurs

Curieusement, cette nouvelle dynamique impulsée par la présidente ne semble pas faire l’unanimité dans son entourage. Elle se plaint de «la manipulation» et de «l’instrumentalisation» de certains membres de l’exécutif  qui peinent à épouser sa vision pour redonner vie au club. Opposés au changement, ces derniers lui serviraient une démarche déstabilisatrice. Jean Louis Bateky (président délégué), Bienvenu Ekoua (un des vices présidents) et Jean Marie Baone (président du conseil des sages) sont accusés entre autres de propagande et de jeu trouble contre la présidente Chicot.

«Allez leur demander combien elle a mis en terme d’investissements ? Que réclament-ils à la Présidente générale et pourquoi? Pourquoi souhaitent-ils qu’on reste au pain et sardine à la Dynamo ? Pourquoi l’évolution fait-elle si peur? Pourquoi toutes ces réunions nocturnes? Pourquoi refusent-ils de partager et d’appuyer la Présidente générale pour dérouler son vaste programme? En somme qui est ce qui gère la Dynamo FC?» Autant de questions qui taraudent l’esprit de plusieurs observateurs.

Dans l’une de ses récentes sorties, le président du Comité Soutien de la Dynamo FC, Billong Bi Ngawe exhorte «le Conseil des sages à trouver urgemment une solution à cette crise qui distrait les membres du bureau exécutif».

Simon Keng  

 

 

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here