Malgré les assurances du 4ème adjoint au Maire de Douala III Vincent Ngambou, les usagers de cette route ne savent plus à quel saint se vouer.
Christian Moukouri, conducteur de mototaxi : «A cause du mauvais état de la route, je sors de chez moi avec des bottes pour protéger mes pieds. Je suis même attristé par l’état de cette route».
- Advertisement -

Malgré les assurances du 4ème adjoint au Maire de Douala III Vincent Ngambou, les usagers de cette route ne savent plus à quel saint se vouer.

La route PK-14 dans le troisième arrondissement de Douala grouille de monde cette matinée du mercredi 17 août 2022. Les usagers font de leur mieux pour aller d’un point à un autre. Les nids-de-poule, marres d’eau et la gadoue causée par les fortes pluies de cette saison, rendent cette voie impraticable. Pour emprunter un taxi ou une mototaxi, ils se tiennent à plusieurs mètres de la route principale par crainte d’éclaboussures.

«Cette route est vraiment impraticable. Regardez les trous, l’eau partout et la boue. On souffre trop ici. Les cumuls de pluie entraînent des grandes crues, ce qui rend le chemin invisible», se lamente un mototaximan.

Christian Moukouri, un autre conducteur de mototaxi ajoute : «A cause du mauvais état de la route, je sors de chez moi avec des bottes pour protéger mes pieds. Je suis même attristé par l’état de cette route».

Le mauvais état de la route ici abime les engins roulants et sèche les réservoirs. «La route est dégradée. Parfois pour éviter les embouteillages au niveau de PK 13, nous sommes obligés de passer par Ndogbong pour sortir à Logpom, puis continuer vers Logbessou pour arriver à PK 14. C’est loin et c’est le carburant qui finit», explique Christian Moukouri. Cette situation a naturellement un impact sur le coût du transport. «C’est un très gros découragement. Pour se déplacer, il faut d’abord passer 2 heures de temps sur place pour que quelqu’un accepte de vous transporter pour Ndokoti et vis-versa», s’indigne Emmanuel Mbabi. L’usager de la route poursuit : «Les benskineurs nous font un chantage en augmentant le coût du transport. Avant PK 14-Ndokoti était 200 FCFA. Aujourd’hui, on se retrouve en train de payer 300 FCFA, 400FCFA et parfois 500FCFA».

Le calvaire des usagers du tronçon Ndokoti-PK 14 est bien connu des autorités administratives. Au niveau de la mairie de Douala 3ème, le 4ème adjoint au Maire, Vincent Ngambou avoue que «le Maire est au courant de la situation. Dans les prochains jours, il fera une descente sur le terrain et enverra une équipe qui va s’occuper des travaux d’aménagement de cette route».   

Fadira Etonde, stagiaire

 

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here