Le  ministre de la Fonction publique, Bassolma Bazié a annoncé la semaine dernière, une réforme imminente du code de la famille visant à déchoir de leur nationalité les citoyens qui, ayant quitté le pays, se livreraient à des actions hostiles contre leur nation d’origine depuis l’étranger.
Bassolma Bazié, ministre de la Fonction publique
A la UneAfriqueInternationalSociété

Déchéance de la nationalité burkinabè : les ‘’rebelles’’ vivant à l’étranger dans le collimateur de Ouagadougou

0

Le  ministre de la Fonction publique, Bassolma Bazié a annoncé la semaine dernière, une réforme imminente du code de la famille visant à déchoir de leur nationalité les citoyens qui, ayant quitté le pays, se livreraient à des actions hostiles contre leur nation d’origine depuis l’étranger.

Le gouvernement burkinabé a annoncé une révision imminente du code de la famille visant à déchoir de leur nationalité les citoyens qui, ayant quitté le pays, se livreraient à des actions hostiles contre leur nation d’origine depuis l’étranger. Cette mesure traduit la fermeté des autorités face à tout acte de trahison.

Selon le ministre d’Etat Bassolma  Bazié, «on est en train de relire le code de la famille, ce qui permettra de stipuler que si tu quittes le pays pour aller t’asseoir ailleurs et t’attaquer à ton pays, on te raye de la nationalité. Là où tu es qu’ils te donnent la nationalité. »

Cette déclaration souligne la gravité avec laquelle le gouvernement entend traiter les comportements de déloyauté envers le  Burkina Faso. En choisissant de s’opposer à leur propre pays, ces individus perdraient non seulement leur lien juridique avec la nation, mais aussi les droits et privilèges qui en découlent.

Pour cette réforme, le membre du gouvernement espère dissuader  fermement tout engagement dans des activités nuisibles aux intérêts nationaux. En les dépossédant de leur nationalité, l’État marque une rupture nette, rejetant la responsabilité sur ces personnes de se faire reconnaître une nouvelle citoyenneté là où elles se trouvent.

Cette mesure s’inscrit dans un effort plus large de modernisation et d’adaptation des lois nationales et défis contemporains. Elle reflète la détermination des autorités à protéger le Burkina Faso contre toute forme de menace, interne et externe, afin de garantir la sécurité et la stabilité de la République.

Arielle Iris Ngo Bikoï, Stagiaire

Près de 100 000 enfants dans le monde naissent avec les pieds bots

Previous article

Don de 350 tables bancs estimés à 15 750 000 FCFA : Boissons du Cameroun arrose 12 écoles de la Menoua et des Hauts-Plateaux

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *