Des médecins indiens au front contre le covid-19
- Advertisement -

Sur 109 personnes, 6 ont été tués par le nouveau coronavirus. Les rescapés tardent à être rapatriés de l’Inde.

Un nouveau décès a été enregistré ce mercredi 29 juillet 2020 dans la communauté camerounaise de Bombay, en Inde. L’information est rapportée par Michel Bisseg, un Camerounais bloqué à New-Bombay depuis la fermeture des frontières du fait de l’épidemie du covid-19.

A l’en croire, sur 109 citoyens de notre pays (il y a quatre mois), six y ont déjà trouvé la mort. Deux corps ont été incinérés. Les autres attendent d’être rapatriés, mais le processus de leur retour au pays natal piétine.

L’Inde, un pays de l’Asie du Sud, est frappée de plein fouet par la pandémie du coronavirus. Les activités sont au point mort. Chacun est confiné dans sa petite chambre. «Je suis avec ma femme dans ma chambre, nous ne pouvons pas sortir. D’autres Camerounais sont dehors, à cause du manque d’argent pour se loger. Ils sont exposés », rapporte Michel Bisseg. Ils sont pris en charge dans ce pays par des Ong « qui nous servent à manger ».

On apprend ce matin qu’une dizaine d’entre eux ont attrapé le virus, trois ont été isolés.

Les regards tournés vers Yaoundé

Saisi, le ministre camerounais des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella a directement écrit à l’ambassadeur du Cameroun en Chine. Dans sa correspondance du 22 juillet 2020, le patron de la diplomatie camerounaise demande à son collaborateur de « saisir les autorités indiennes compétentes pour obtenir une autorisation de survol et d’atterrissage en faveur de l’aéronef de 737-800/700 de la compagnie Ethiopian Airlines sur l’itinéraire Addis-Abeba-Bombay-Nsimalen via Addis-Abeba ».

Huit jours après la lettre du ministre, accompagnée d’une liste de 108 personnes à rapatrier, c’est silence radio à Yaoundé. « Nous n’avons plus de moyens de survie. Des ONG nous ont apporté à manger parce qu’il y a des Camerounais qui n’arrivent plus à manger. Nous n’avons aucune nouvelle officielle », regrette Michel Bisseg. Sur 109 Camerounais au départ, il ne reste plus que 103 survivants.

Didier Ndengue

 

 

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here