Il est arrêté en ressources et en charges à la somme de 93 997 382 676 FCFA contre 89 224 324 973 FCFA en 2021, soit une augmentation de 4 773 057 103 FCFA.
Pr Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Cemac
- Advertisement -

Il est arrêté en ressources et en charges à la somme de 93 997 382 676 FCFA contre 89 224 324 973 FCFA en 2021, soit une augmentation de 4 773 057 103 FCFA.

D’après les estimations du professeur Daniel Ona Ondo, président de la Commission de la Cemac, la croissance économique de la communauté a été de -2,1 % en 2020, contre 2,1 % en 2019, sous l’effet d’un recul conjoint de l’activité tant dans le secteur pétrolier que non pétrolier. Toujours selon le patron de l’institution communautaire, la croissance du secteur pétrolier s’est ainsi établie à -4,2 % en 2020, contre 2,2 % en 2019, tandis que le secteur non pétrolier a reculé de 1,6 % en 2020, contre 2,0 % en 2019.

Le Pr Daniel Ona Ondo s’est exprimé ainsi par visioconférence jeudi 2 décembre 2021 à l’ouverture de la 37ème session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (Ueac). Ladite réunion a tablé sur le projet de budget arrêté en ressources et en charges à «la somme de 93 997 382 676 FCFA contre 89 224 324 973 FCFA, soit une augmentation de 4 773 057 103 FCFA en valeur absolue, soit 5,35% en valeur relative», rapporte le président de la Commission.

Cette augmentation, argumente l’économiste, s’explique essentiellement par la prise en compte d’une part des indemnités de fin de mandat des premiers responsables des institutions communautaires et d’autre part, du remboursement de la dette de l’Union Européenne.

En matière des ressources, les prévisions de financement par la Taxe Communautaire d’Intégration (TCI) sont estimées à 64 459 559 000 FCFA dont 28 583 534 000 FCFA au titre des arriérés. Les prévisions de TCI courante à recouvrer en 2022 sont donc estimées à 35 876 025 000 FCFA en dépit de son potentiel évalué à 97,31 milliards de FCFA sur la base du volume attendu des importations dans la zone Cemac. « Bien évidemment, l’atteinte de ce niveau de recouvrement ne pourra être possible qu’à la faveur d’un changement notable des autorités financières des Etats membres pour une libération intégrale de la TCI collectée », pense le patron de la Commission.

Sortie de crise

Pour garantir la stabilité macroéconomique en zone Cemac, plusieurs initiatives sont prises, notamment la nouvelle stratégie régionale de sortie de crise adoubée par le Sommet des Chefs d’Etat d’août 2021. Elle est reprise dans le Plan communautaire de relance économique post Covid-19 de la Cemac et le document cadre révisé du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Pref-Cemac) pour la période 2021-2025.

Toutefois, observe la Commission, l’intensification des campagnes de vaccination contre le Covid-19, à une grande échelle mondiale, pourrait permettre une reprise économique soutenue avec un taux de croissance qui devrait rebondir pour atteindre 6,0% en 2021 avant de revenir à 4,4% en 2022.

Simon Keng

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here