- Advertisement -

Les cinéphiles de la métropole économique camerounaise sont restés sur leur soif après la projection, le 8 novembre 2019, du premier long-métrage de Tamar Tientcheu.

Les feedbacks ne sont pas du tout bons pour la réalisatrice de « La Triade ». A la fin de sa projection le 8 novembre 2019, à Douala Bercy, plusieurs cinéphiles avouent qu’ils sont restés sur leur soif. Le premier film de Tamar Tientcheu n’a donc pas tenu la promesse des fleurs. La salle de cinéma a pourtant fait le plein d’œuf pour sa sortie officielle au Cameroun.

Les réactions ne vont pas plaire à l’équipe de production. « Ce n’était pas trop bien dans le fond, mais la forme était bien réussie. Le fond pour moi était assez farfelu et vide», réagit Ntara. « Le film là était un peu tiré par les cheveux », ajoute-t-il.

Après son annonce dans les médias, les cinéphiles de Douala avaient hâte de regarder La Triade. La plupart sont les admirateurs d’Anas  (Tamar Tientcheu) dans la sitcom Les Déballeurs. L’un d’eux avoue qu’il n’a pas compris le lien avec « le Méfiez-vous des femmes », slogan de La Triade.

Pouvait mieux faire

« Il y avait beaucoup de messages, mais je pense qu’elle pouvait mieux réaliser ce film avec ces mêmes acteurs. Elle pouvait donner plus d’expression au film. Il n’y a pas eu des moments forts. Il n’y avait pas des moments où ça faisait rire ou pleurer vraiment. Je pense qu’elle n’a pas assez exploité les grands acteurs qu’elle a recruté pour ce film», regrette Sandy, artiste musicienne camerounaise.

Certes La Triade valorise la culture et la femme africaines, mais le jeu artistique n’y est pas. « Pour une première, ce n’était pas waouh ! » a-t-on entendu à la sortie de la salle de projection de Douala Bercy. Yaoundé recevra La Triade le 23 novembre 2019 à l’Institut français du Cameroun, antenne de Yaoundé.

LPA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here