Emmanuel Macron, président de la République française et Paul Biya, président de la République du Cameroun
- Advertisement -

François Hollande alors en visite éclair au Cameroun, voulant sûrement jouer au beau, annonçait que les archives concernant l’histoire de la relation tumultueuse entre la France et le Cameroun allaient être déclassifiées. Emmanuel Jean Michel Frédéric Macron dont le propos était de décomplexer cette relation, n’a pas hésité à lui emboîter le pas.

Nous nous sommes mis à rêver. Enfin, nous aurons des réponses sur la violence politique au Cameroun. En effet, si nous connaissons les auteurs de l’assassinat du Dr Delangue et du syndicaliste Mpouma, le doute  reste entier sur  l’identité des  donneurs d’ordre. Tout comme nous voulons savoir qui sont ceux qui ont commandité l’assassinat du député Wanko, du sous-préfet Mbeng et du préfet Kohn.

Nous avons choisi un membre de notre réseau pour aller au centre historique des archives basé à Vincennes. Hélas, même muni d’un sésame du ministère des Affaires étrangères l’autorisant à mener des recherches, notre gars a été refoulé au motif qu’une circulaire du ministère de la défense continue de déclarer hors lecture 6500 archives en rapport avec le Cameroun. Pourquoi seulement le Cameroun et pourquoi pas un autre pays africain ?

Nous comprenons que certains Camerounais en association malfaisante avec des milieux obscurs Français,  jouent des pieds et des mains pour mettre la vérité sous le boisseau. C’est une tradition très française que d’occulter la vérité qui n’a jamais été aussi malmenée en France que depuis 1941. J’en veux pour preuve le silence sur la complicité des réseaux gaullistes  dans le  traquenard de Caluire et la capture de Jean moulin par les nazis, la tentative d’assassinat du général Giraud, l’assassinat de l’amiral Darlan,…..

Peut-être que nous ne saurons pas la vérité de notre vivant mais un jour, celle-ci émergera de nulle part pour éclairer la face sombre de notre passé. C’est l’expérience de l’histoire qui nous le démontre.

Correspondance particulière : Henry-Paul Diabaté Manden 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here