Vous comprenez donc que si on me demandait mon avis avant le lancement de Betoo, ce nouveau business des paris sportifs financé par Samuel Eto’o, ma réaction aurait été sans appel: « C’est une grosse connerie ». De façon rationnelle, c’est pour encourager la jeunesse à se perdre.
Samuel Eto'o
- Advertisement -

Pour être franc, je ne suis pas fan des jeux de hasard. Je ne me suis jamais approché d’un kiosque de Pari sportif ou de Pari mutuel urbain camerounais (Pmuc) pour savoir comment on aligne les chevaux, les joueurs, ou les clubs. En fait, ce n’est pas mon truc. Je le déconseille d’ailleurs à tous mes proches. Je n’encouragerai pas mes enfants à lire leurs journaux, un peu comme Samuel Eto’o n’est pas prêt de recommander « Revenge Porn » à ses enfants.

Vous comprenez donc que si on me demandait mon avis avant le lancement de Betoo, ce nouveau business des paris sportifs financé par Samuel Eto’o, ma réaction aurait été sans appel: « C’est une grosse connerie ». De façon rationnelle, c’est pour encourager la jeunesse à se perdre.

Cependant, la carte « rationnelle », de mon point de vue, n’a jamais changé le coup de vie d’un pays. Et ce n’est pas au Cameroun que le miracle s’opérera en 2019. Ceux qui ont changé leur environnement ont toujours été considérés comme des « fous » par les leurs.

Betoo est peut-être une bêtise de trop pour certains, mais sportivement et patriotiquement, je crois que c’est un jackpot pour le Cameroun. Ou alors ce le sera si les choses sont faites avec un esprit de développement et non de feymania ou de blanchiment d’argent.

Sortir nos championnats de l’ombre

Nos championnats sont très peu médiatisés. Soyons un tout petit peu raisonnables : combien de Camerounais suivent les championnats locaux ? Combien de stars de nos divisions connaissez-vous ? Pourquoi plusieurs disciplines ne rayonnent pas au Cameroun ? Pourquoi on a l’impression qu’à part le football, les autres sports sont morts et enterrés ? Or il y a beaucoup d’argent qu’on injecte dans ces nombreuses disciplines.

Betoo, au-delà de son caractère business, doit jouer un rôle de baromètre des sports camerounais. Je suggère à son top management de mettre sur pied une équipe qui livrera des rapports annuels ou trimestriels, secteur par secteur, pour nous permettre de mieux comprendre l’univers sportif de notre pays. Ses forces et ses faiblesses. Et surtout pour savoir où va l’argent alloué à chaque discipline et à chaque événement d’envergure. Cette démarche peut être adoptée dans le cadre de la responsabilité sociétale (Rse) de Betoo.

Chan et Can

Dans les prochains mois, le Cameroun deviendra la capitale africaine du football. Une belle opportunité pour Betoo de mettre des stratégies sur pied afin d’attirer un maximum de personnes dans les stades. Cela nous empêchera d’avoir les gradins vides comme lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations de football en Egypte.

Pour finir, il faut noter que les jeux de hasard existent partout dans les plus grands pays. Le fait de s’affoler n’aide pas à positiver ce secteur. Au Cameroun, il était pris en otage par les étrangers. Désormais nous avons Betoo. Un jackpot qui a l’obligation de valoriser les championnats locaux.

Didier Ndengue

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here