Un bus de Finexs Voyages
- Advertisement -

Selon le ministre des Transports, une enquête a été ouverte par les autorités judiciaires après l’assassinat d’un élément de l’armée camerounaise dans les locaux de Finexs Voyages de Douala le 22 juillet 2020, pour non-paiement des 100 FCFA des toilettes.  

Une semaine. C’est le temps qu’il aura fallu à Jean-Ernest Massena Ngalle Bibehe pour signer un communiqué officiel sur le meurtre d’un militaire dans les locaux de la compagnie Finexs Voyages de Douala le 22 juillet 2020 après avoir recoupé les éléments nécessaires à sa rédaction. Dans ce document rendu public ce mercredi 29 juillet, le ministre des Transports du Cameroun s’appuie sur les commentaires qui accompagnent la vidéo de l’assassinat du soldat, en circulation sur les réseaux sociaux, pour affirmer que le drame s’est déroulé aux environs de 21h.

En attendant les conclusions de l’enquête, Ngalle Bibehe brandit la réglementation en vigueur, notamment l’arrêté n°039/MTPS/IMT fixant les mesures générales d’hygiène et de sécurité sur les lieux de travail ainsi que le cahier de charges portant sur la régulation de l’activité de transport routier interurbain de voyageurs.

Ces textes, soutient-il, exigent « la construction des toilettes à usage gratuit de la clientèle et du personnel de la société.»

Le ministre invite donc toutes les agences de transports interurbains du pays à se conformer à cette réglementation en vigueur « sous peine des sanctions prévues par ladite réglementation.»

Simon Keng

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here