Abdoulaye Diop : «nous devons avancer résolument vers la réalisation des Etats-Unis d’Afrique»
Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali
- Advertisement -

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali s’exprime ainsi à l’occasion de la Journée de l’Afrique de ce mercredi 25 mai 2022.

Ce 25 mai marque la Journée de l’Afrique. C’est l’occasion pour le continent de célébrer l’anniversaire de la signature des accords de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine), ancêtre de l’UA (Union africaine), le 25 mai 1963. Une date qui, selon le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, «porte en elle un double pouvoir d’évocation ». Au plan mémoriel, poursuit le diplomate tchadien, «elle nous replonge dans la fraicheur juvénile des premiers moments de l’OUA. Au niveau géopolitique et institutionnel, elle nous interroge en permanence sur notre capacité individuelle et collective à construire l’Afrique alors rêvée par nos pères fondateurs».

Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale, pense que l’un des rêves des pères fondateurs de l’organisation continentale demeure la réalisation des Etats-Unis d’Afrique. «Nous devons avancer résolument vers la réalisation des Etats-Unis d’Afrique. Notre union, notre unité et la mutualisation de nos moyens sont la condition pour l’Afrique pour tenir sa place sur la scène internationale, sans se laisser dicter ses choix», a publié le ministre sur son compte Twitter ce mercredi.

Dans son message de circonstance, le président de la Commission de l’Union africaine évoque les nombreux défis auxquels le continent est confronté : «L’Afrique est, depuis une dizaine d’années confrontée aux défis du terrorisme, de l’extrémisme violent et de la criminalité transnationale (trafic d’êtres humains, de drogue, d’armes) ». A ces nombreux maux, s’ajoutent «les phénomènes tels que la corruption, les conflits intercommunautaires, les vagues récentes de changement anticonstitutionnels, etc…».

Simon Keng

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here