Don pour les déplacés internes. Photo: LPA
- Advertisement -

Le leader de la Mission évangélique internationale chapelle de Dieu ( MEICD) et les membres de son église ont apporté leur soutien aux victimes de la crise dans les régions anglophones du Cameroun ce 22 juillet 2021 à Makepe Missoké.

Nous sommes le jeudi 22 juillet 2021. Le palais du chef Joseph Mofor à Makepe Missoké grouille de monde. Bishop Gilbert Etimbi rend visite aux déplacés de la zone anglophone qui y ont trouvé refuge. L’oint de l’Eternel n’est pas venu les mains vides. Il a apporté aux réfugiés ce dont ils ont besoin. Des vêtements, matelas, soins de santé, des produits de première nécessité ( riz, pâtes alimentaire, jus, savons, sel, huiles végétales, brosses à dent, oignon, palette d’eau…), du matériel de lutte anti-covid (masques, dispositifs de lavage des mains) et surtout la réhabilitation de la machine du forage.

Ce geste de cœur réjouit le propriétaire des lieux. « Je suis ému de voir ces déplacés de la zone anglophone retrouver le sourire qu’ils ont perdu depuis longtemps. Merci pour ce geste d’amour. Je souhaite que cet acte ne s’arrête pas en si bon chemin. Mais qu’il se poursuive sur tout le triangle national », implore le chef, qui ne cache pas sa joie. Il a de quoi nourrir près de mille personnes qui ont trouvé refuge chez lui depuis 2017.

Réparation du forage

« Nous avons tout perdu en venant ici. Aujourd’hui Dieu nous a donné des frères qui nous témoignent leur amour sans rien attendre en retour. Nous leur disons infiniment merci. Ils ont résolu plus de 80°/° de nos problèmes. J’appelle les âmes de bonne volonté à voler à notre secours. La scolarité est un épineux problème pour nous. Beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école depuis notre arrivée ici en 2017 », plaide Kwine Magnam.

L’homme ne vivant pas seulement de pain, Gilbert Etimbi invite les bénéficiaires à aimer leurs prochains, à s’entraider. S’appuyant sur les saintes écritures, il leur déconseille la haine, car «la bible dit que si notre cœur est rempli de haine, notre esprit sera abattu. Ils ont intérêt à pardonner pour que Dieu leur ouvre des portes. A notre niveau nous posons ces actes depuis 20 ans. Nous allons scolariser une trentaine d’enfants. Seuls, nous ne pourrons pas. J’appelle les âmes de bonne volonté à faire autant pour qu’ensemble, nous puissions vaincre ce phénomène», prêche l’homme de Dieu.

Blaise Ngagning Kiam, stagiaire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here